Affichage des produits 16–21 sur 21

Venezuela – Chronique d’une déstabilisation (complet)

perm_identity
date_range
Samedi 24 août

La formation a pour objectif de partager le travail d’investigation journalistique de Maurice Lemoine, de nous aider à comprendre les dynamiques profondes, des luttes et des transformations du Venezuela de l’après Chavez.

L’Europe du grand capital

perm_identity
date_range
Samedi 24 et Dimanche 25 août

Déjà lors de l’instauration de la Communauté européenne du charbon et de l’acier, l’unification européenne partait exclusivement des besoins du capital français et allemand. Lors de la mise sur pied de l’actuel appareil d’État européen, le monde des grandes entreprises européennes a bénéficié d’un avantage considérable : le morcellement du mouvement ouvrier.

Une histoire politique du Jazz

perm_identity
date_range
Samedi, 24 août 2019

Contre l’idée que la musique aurait une existence autonome, ce cours montrera qu’au contraire la musique est elle aussi le produit de son époque et de contradictions politiques qui la traversent.

Les droits des travailleurs menacés par le néolibéralisme

perm_identity
date_range
Dimanche 25 août

Depuis plusieurs décennies, les syndicats et les partis de gauche en Europe luttent pour défendre les conquêtes sociales et démocratiques du siècle passé contre la politique néolibérale de libéralisation du marché du travail.

Lukàcs sur l’idéologie

perm_identity
date_range
Dimanche 25 août

C’est en 1918, que György Lukács, jeune professeur en philosophie de l’université de Budapest, adhère au parti des communistes de Hongrie. En mars 1919, il est nommé Commissaire du peuple à l’éducation de la République hongroise des Conseils de Hongrie. L’intervention militaire franco-roumaine écrase la jeune république ouvrière, installe la dictature de l’amiral Horthy et force Lukàcs à se réfugier en Allemagne. L’arrivée au pouvoir des nazis en 1933, l’oblige ensuite à se réfugier à Moscou. Il retourne en Hongrie socialiste après la fin de la deuxième guerre mondiale.

L’homme super coopérateur

perm_identity
date_range
Dimanche 25 août 2019

L’homme est-il un loup pour l’homme ou est-il est par nature solidaire et empathique ? La vieille controverse philosophique semble dépassée. Ce ne sont pas les philosophes qui l’ont résolue mais des neuroscientifiques, des pédopsychologues, des anthropologues, des épidémiologistes et des évolutionnistes qui ont démontré que l’homme est naturellement pro-social.