Info pratique
language
Langue: Français
date_range
Samedi, 24 août 2019
room
Internat de Berlaymont - Drève d’Argenteuil, 10-D - 1410 Waterloo
assessment
Formation de base

Contre l’idée que la musique aurait une existence autonome, ce cours montrera qu’au contraire la musique est elle aussi le produit de son époque et de contradictions politiques qui la traversent.

Autant par son contenu que par sa forme, la musique peut donc être un facteur de progrès autant qu’un facteur de réaction. C’est à travers l’histoire du Jazz que Simon de Beer explorera avec vous les contradictions qui traversent la musique.

Dérivé des chants blues des esclaves noirs, le Jazz s’impose au début du 20e siècle comme la musique populaire par excellence. Pour beaucoup de musiciens noirs, le jazz est alors un moyen d’émancipation sociale. Dans les États-Unis en crise des années 1930, rejoindre les grands orchestres de Louis Armstrong ou Duke Ellington est une façon de gagner sa vie en divertissant le public blanc. Dans les années 1940, une génération de jeunes musiciens s’opposera à cette trop grande commercialisation du jazz. Ce sera la naissance du bebop, un style beaucoup plus complexe et réservé à un public d’initiés. Finalement, le jazz sera aussi un formidable outil pour lutter contre la ségrégation raciale, avec des chansons comme Strange Fruit de Billie Holliday, qui décrit les lynchages dont étaient régulièrement victimes les Noirs du Sud des États-Unis.

chat_bubble_outlineReviews